archive

Archives de Tag: Braquage

Année: 2012
Titre original: Man on a ledge
Réalisateur: Asger Leth
Acteurs notoires: Sam Worthington, Elizabeth Banks, Jamie Bell, Ed Harris

Plot: un mec ne veut pas vraiment sauter du 21e étage.

Sources: Allociné & IMDb

Mr Orange: En voilà une belle petite brochette d’acteurs avec des petits nouveaux et un vieux de la vieille pour un film, au demeurant, pas si mal foutu que ça… au contraire.

Sorte d’intermédiaire entre Prison Break et Phone Game, j’ai eu la chance de ne rien savoir sur Dos au mur et ne voudrais pas vous priver de cette même chance. C’est génial de se faire bercer par les péripéties sans savoir où l’on va nous mener (du moins au début) et ce n’est peut-être qu’en ignorance du scénario que l’on pourra profiter au mieux du film. Evidement, certains événement sont – a posteriori – plutôt prévisibles (cliché de l’engueulade de couple…), mais ce n’est point grave: la relative originalité du scénario et quelques personnages sauront vous divertir.

On peut noter que Sam Worthington a une réelle peur du vide qui facilite son jeu étant donné que le film a vraiment été tourné « au bord du précipice » (il a glissé 2 fois pendant le tournage… le con).  Sans que cela soit mauvais – loin de là – on peut regretter que les scènes tournées sur une corniche de 36 cm ne rendent pas assez l’effet gouffre. Une prise de vue supérieure (comme sur l’affiche) aurait peut-être été plus bénéfique que les plans horizontaux trop fermés et retranscrivant un faux sentiment de sécurité. Ou alors serait-ce miss Banks qui ne me revient pas plus que ça?! Autre petit regret sur le traitement de la cascade du film… pas assez spectaculaire… passons.

Bref, une tambouille plutôt bien menée avec des acteurs qui jouent bien (Jamie Bell ++), on se laisse facilement embarquer… pourquoi se plaindre?

Année: 2005
Titre original: El aura
Réalisateur: Fabián Bielinsky
Acteur notoire: Ricardo Darín

Plot: un type presque banal rêve du casse parfait.

Source utile: IMDb

Ne pas lire le synopsis qui traine sur Allociné & cie

Mr Orange: Après Neufs reines, sans concession le meilleur film d’arnaque de tous les temps (je pèse mes mots), on retrouve Fabián Bielinsky aux commandes de Ricardo Darín dans une nouvelle tentative de conquête d’un public loin de leur Argentine natale. Parce que oui, le cinéma Argentin est capable du meilleur, chose une nouvelle fois démontrée, même si l’on est loin de l’excellence des Neufs reines.

D’un film à scénario, il passe à un film psychologique, entre le thriller et le polar minimaliste. Photographies aux teintes froides et musique lancinante accompagneront notre enquêteur peu bavard dans sa belle aubaine. Et bien qu’il soit question de braquage – minutieusement préparé – il s’agit bien moins d’un film de braquage que d’une introspection de notre taxidermiste qui arrive comme un cheveux sur la soupe au bon moment dans cette forêt intimidante, réquisitoire d’un fantasme loin de la dure réalité.

Tandis que Neuf reines visait un public large avec un bon divertissement mêlé d’intellect, El aura s’adresse cette fois-ci à un public plus mature. Embardée réussie notamment grâce à l’excellent jeu de Ricardo Darín.

Année: 2011
Titre original: Les Lyonnais
Réalisateur: Olivier Marchal
Acteurs notoires: Gérard Lanvin, Tchéky Karyo, Daniel Duval, Lionnel Astier

Plot: Momon, gangster à la retraite, est rattrapé par son passé.

Sources utiles: Allociné & IMDb

Mr Orange: Soyons honnêtes, on va pas y aller par 4 chemins: un film d’Olivier Marchal est un bon film, par définition… d’autant plus qu’il est ici accompagné de bonnes gueules du cinéma. En guest: Simon Astier (Hero Corp), frère de son frère Alexandre (Kaamelott) et fils de son père… Lionnel!

Pour son 4e film, notre marshal national passe du côté obscure de la force, centrant son objectif non plus sur des flics, mais sur des ripoux… et quels ripoux: le gang des Lyonnais qui a eu ses heures de gloires autour des années 70 notamment grâce à des braquages sans bavures. C’est à peu près là que s’arrête l’aspect « histoire vraie ». Le scénario mêlant réalité et fiction s’inspire du biopic d’Edmond Vidal, Lyonnais à la retraite.

Le film se situe entre 2 époques et est définitivement une déclaration d’amour à l’une d’elle. Pour le citer: « Les gangsters d’hier avaient une morale. » … et … « les gens attendent des flics qui, au lieu de les agresser, les protègent. » Le reste de sa très bonne interview ici (long) ou  (plus court), il en a des choses à dire. Pour en revenir au sujet, le film est a cheval entre les années 70, couleur sépia, et un présent sans filtre. L’aspect braquage / jeu du chat et de la souris sont mis à l’écart, le film s’intéressant plus à la rédemption d’un ancien gangster dont les valeurs vont le pousser inexorablement à remettre les mains dedans.

Les gros défaut du film sont finalement ses acteurs de trop gros calibres:
– le charisme des gueules des Lyonnais vétérans écrasent complètement les jeunes premiers qu’ils étaient au moment de leurs faits d’armes.
spoiler: l’effet twist est gâché par Tcheky Karyo (/love ++) qui joue irrémédiablement des rôles de pourris, on l’aime pour ça, mais on l’attend aussi pour ça. ]

Notes:
– c’est le 1er patron d’Olivier Marchal, alors flic, qui a démantelé le dis gang des Lyonnais.
– c’est Roger Knobelspiess (ancien gangster, maintenant acteur) qui l’a contacté, Edmond Vidal ayant envisagé Olivier Marchal comme seule option d’une éventuelle adaptation à l’écran de son livre.

Olivier Marshal, maître du bon gros polar made in France, signe un film plus léger qu’à son habitude, moins rocambolesque, moins tendu, moins sombre mais qui ne perd pas pour autant en qualité pour un film plus mature.

 Année: 1995
Titre original: Heat
Réalisateur: Micheal Mann
Acteurs notoires: Val Kilmer, Danny Trejo, Natalie Portman, John Voight, William Fichtner… ah oui, et Al Pacino / Robert De Niro

 Plot: Des braqueurs talentueux se font traquer par un policier talentueux.

 Sources utiles: Allociné & IMDb

Mr Blonde: Considéré comme le plus grand face à face De Niro / Pacino (c’est pas forcément compliqué aussi ..), Heat rentre assez rapidement dans le Top des meilleurs films de braquage. Cette rencontre musclée entre ces deux icônes du cinéma du genre et leur équipe est un vrai bon divertissement. Même si le film a plus de 15 ans, il n’a pas trop vieilli, la montée crescendo des affrontements, les seconds rôles crédibles, le « BON » scénar (assez basique assez subtilement porté sur écran  pour qu’on ne s’ennuie pas, au contraire), la très bonne scène de Gun Fight dans les rues de Los Angeles et enfin les dialogues Pacino/ De Niro devenus cultes à présents font de Heat LE film de braquage à voir.

Info en plus : Présence de Val Kilmer AVANT qu’il ne découvre le Botox et l’huile de palme. Rares sont ses bons films mais quand ils le sont, ils valent le détour.

Bonus : Le film (comme tous mais quand même on ne le répétera jamais assez) se DOIT d’être vu en VO. Les dialogues prennent un rythme complètement différent dans la langue de Shakespeare (oui j’ai cité Shakespeare dans la critique de Heat et je l’assume :)). Ils se ramollissent par contre sérieusement en français. Ils sont beaucoup moins percutants.

Un certain DJ Shadow rend d’ailleurs hommage à ces dialogues dans une version dans son très bon Stem comme vous pouvez le voir ICI. (ATTENTION SPOILER à regarder après avoir vu le film)

 Mr Orange: J’avoue, je l’avais pas vu, c’est mal. Ceci étant dit, se lancer dans un film de 3h, on aura beau dire, quelque soit le casting, ça refroidit. Et finalement… on ne s’ennuie pas, loin de là! Au contraire, M. Mann nous tiens à chaud tout au long du film écrit par lui, tourné par lui, produit par lui. C’est son bébé, et c’est un beau bébé. Bien mieux que le plus récent Collateral avec l’autre lobotomisé.

Les acteurs: bon, concernant nos deux compères, ils font ce qu’on attend d’eux, ils sont bon, c’est d’ailleurs pas franchement une nouvelle. Il faut quand même noter leurs rares rencontres en face-à-face qui sont vraiment extra. /love De Niro. Sinon, c’est vraiment très amusant de découvrir tout au long du film les seconds rôles qui se sont fait une place dans le cinéma plus récemment.

Bref, super film de bad guy vs good guy !