archive

Archives de Tag: Amour

Année: 1996
Titre original: 甜蜜蜜, Tian mi mi
Réalisateur: Peter Chan
Acteurs notoires: Maggie Cheung, Leon Lai, Eric Tsang

Plot: rencontre entre un jeune chinois naïf et une hong-kongaise pure souche.

Source utile: IMDb
Festival Paris Cinéma: Hong-Kong à l’honneur

Mr orange: Pour d’étranges raisons, les romances de Wong Kar-Waï sont vénérées en occident, au dépend des autres réalisateurs s’essayant à la discipline. Qu’à cela ne tienne, Hong-Kong garde bien des secrets, et pas des moindres avec Tian mi mi en l’occurrence, qui a bouleversé toute une tranche de la jeunesse chinoise des années 90 (témoignage d’une coloc’ à l’appuis!).

Xiao Jun Li, immigrant chinois – pas naïf pour 3 sous – débarque à Hong-Kong, rôle dans lequel excelle Leon Lai par sa simplicité, et y trouvera au détour d’une caisse McDo Qiao Li, vétérante de la débrouille dans cette ville de toutes les opportunités, rôle taillé pour Maggie Cheung dont l’éventail d’expressions sublime ce petit brin de femme. Elle sera d’ailleurs sera révélée 4 ans plus tard au public non bridé par… In the mood for love, comme-de-par-hasard. Les fans de la saga Infernal affairs reconnaitrons également l’éternel truand à grande gueule Eric Tsang à qui on découvre une sensibilité. Comme quoi Peter Chan a su réunir un casting haut de gamme…

Les 2 premiers tiers du film sont réellement excellents, énergiques et entrainants, on se fait happer par l’histoire, par la beauté et l’humour des scènes, jusqu’à l’inévitable conflit. Là, après une bonne douche, le récit s’enlise légèrement jusqu’à la 2e immigration dans des rouages scénaristiques trop vus… le sol américain aurait affecté à ce point le staff? Le film aurait pu s’arrêter sur cette douche. Quoi qu’il en soit, on retrouvera finalement les éléments qui nous auront séduis dans la phase HK pour une jolie chute.

D’une amitié factice, des liens forts se créent entre 2 êtres perdus dans une ville sans repos, jusqu’à frôler une romance refoulée mais inéluctable. Drôle, rêveur et romantique, Tian mi mi est imprimé de thématiques d’actualité: insatiable immigration de la Chine vers HK puis d’HK vers les USA dans une éternelle galère de petits boulots, témoignage d’une éternelle insatisfaction… sans oublier l’inébranlable destinée. Un joli cocktail.

Publicités

Année: 2000
Titre original:  臥虎藏龍, Wò Hǔ Cáng Lóng / Crouching tiger, hidden dragon (US)
Réalisateur: Ang Lee
Acteurs notoires: Chow Yun Fat, Michelle Yeoh, Zhang Ziyi

Plot: amour et épées dans l’empire du milieu.

Festival Paris Cinéma: Hong-Kong à l’honneur – Focus Yuen Wo Ping

Sources utiles: Allociné & IMDb

Mr Orange: Le cinéma HK a beau ne s’exporter que fébrilement en occident, certains films passent les mailles du filet culturel qui nous sépare. Grosse production signée par Ang Lee, Tigre et dragon a le bon goût de nous offrir sur un plateau d’argent un aperçu de ce qu’Hong-Kong a de mieux à offrir.

Yuen Wo Ping. Chorégraphe emblématique (affaire à suivre), il orchestre de fabuleux combats « de sabres chinois ». Clairs, énergiques, originaux… épiques. On appréciera pardessus tout – le sourire au coin de la bouche – l’ambiance « gravité zéro » qui permet des cabrioles impossibles, des sauts surréalistes et des courses poursuites god-like. La petite touche de fantaisie qui hisse nos combattants au rang de réels héros et amène un peu de magie, de poésie au sein des combats farouches.

Chow Yun Fat / Michelle Yeoh, Chang Chen / Zhang Ziyi, deux couples à l’amour impossible représentés d’un côté par l’ancienne génération d’acteurs HK qui ont déjà fait leur preuve à maintes reprises et d’un autre côté par la jeune génération qui se découvre du talent. Les uns sont discrets, les autres le sont moins mais tous voient leur amour mêlé à l’histoire d’une épée légendaire: Destinée. Une double romance made in HK qui trouvera son apogée dans une scène finale mémorable…

Combats, amour et beauté, des mots qui font rêver. (Pardon)

Festival Paris Cinéma: Hong-Kong à l’honneur – Nuit HK

Voici un petit dossier tiré de La nuit Catégorie III, qui a été préférée à la nuit Johnnie To (au bout du couloir) pour le simple fait que les films de ce dernier sont plus facilement accessibles. C’est donc après un ciné-mix que de 22h à 5h30 nous avons eu droit à la perle de la perle du cinéma HK, parfois en mandarin sous titré cantonais + anglais, le petit plaisir en plus. Thé/Café offert à volonté qui n’est pas de refus sur les coups de 3h30. Brioche en récompense pour les pus farouches.

Catégorie 3: équivaut aux films interdits aux moins de 18 ans à Hong-Kong, d’abord exploité à des fins contestataires par le cinéma d’art et d’essai, le filon a très vite dévié vers des thématiques plus sanglantes et plus dénudées.

Note: le public était loin d’être exclusivement masculin !

The untold story

Année: 1993
Titre original: 八仙飯店之人肉叉燒包
Réalisateur: Herman Yau
Acteurs notoires: Anthony Wong, Danny Lee, Julie Lee

Polar gore basé sur une histoire vraie, The untold story relate l’enquête de flics flemmards, incompétents, cruels, lubriques… cherchant à coincer un psychopathe dénué de toute morale: meurtres sanglants, viol, urophilie, cannibalisme… C’est trash… et extrêmement drôle. Anthony Wong livre une interprétation impressionnante qui donne toute la crédibilité de son horrible personnage et lui vaudra un award.

Petite anecdote glauque: l’histoire ne dit pas si des animaux ont été maltraités, mais révèle que des enfants l’ont été, d’où leur jeu impeccable. Parce que oui, personne n’échappe à notre psychopathe.

Un bon polar déglingué assurant un bon moment. Depuis, Herman Yau a fait un remake avec Anthony Wrong, il s’appelle Ebola syndrome

Crazy love

Année: 1993
Titre original: 蜜桃成熟時
Réalisateur: Roman Cheung
Actrice notoire: Loletta Lee

Comédie érotique, Loletta Lee incarne Jane, une jeune femme qui s’amuse avec les hommes, profitant pleinement de son corps, parfois sadique et manipulatrice, parfois généreuse. Pourquoi tourner un tel film? Pour voir Loletta Lee nue. Sérieusement, elle a voulu casser son image de petite sainte. Mission réussie dès les… 10 premières secondes, avec une inspection en bonne et due forme. Au-delà des scènes purement érotiques qui sont finalement rares, on s’amusera énormément des gags et de la mise en scène, les attributs de la miss – bien que splendides – déclenchent finalement plutôt des rires hilares que des filets de bave abrutis.

Une femme libérée… et une grosse marade assurée.

The story of Ricky

Année: 1991
Titre original: Lik wong
Réalisateur: Nam Lai-Choi
Acteur notoire: aucun

Innovateur kung-fu gore, The story of Ricky revient sur un dilemne du kung-fu: comment ce fait-il que les mecs brisent des murs de parpaings mais ne perforent jamais leur adversaire? Gros gore caoutchouteux, tout est dans l’exagération. Le gore, déjà. Le héros invincible aussi. Et puis, parce qu’on parle de cinéma HK… des séquences émouvantes, d’un lyrisme époustouflant, une naïveté qui n’est pas du 2d degré… à HK. La fameuse flûte qui sort de nul part restera dans les annales !

Une réalisation soignée, un panel d’ennemis hauts en couleur, du gore, du niais… encore une fois extrêmement divertissant.

Sex and zen 2

Année: 1996
Titre original: 玉蒲團II之玉女心經
Réalisateur: Chin Man-Kei
Actrice notoire: Loletta Lee, Shu Qui

Conte fantastico-slasho-érotico-comique sur fond de Chine ancestrale, rien que ça, Sex and zen 2 va loin. Très loin. Il y a un 1 et un 3 qui n’ont en rapport que la structure de l’histoire: un conte comme fil directeur. Contrairement au film cité plus haut, celui-ci est plutôt bien garni en scènes érotiques jusqu’à s’aventurer à des jeux de bougie, d’acuponcture, de supra-sex-toys… et même l’apparition d’un monstre tentaculaire et autres sexualisées déviantes. Et en dehors de tous les gags, on s’amusera énormément de l’utilisation du sexe comme moteur de l’histoire et détenteur de tous les rouages. D’autant que le film étant un conte, il délivre une morale… utilise un mythe… succube-like. Evidement.

Anecdote pas glauque: Shu Qi voulait être connue, elle a joué nue. Depuis qu’elle s’est mise au cinéma d’auteur, elle essaye d’oublier… contrairement aux spectateurs.

Drôle, sexy, une caméra bien maîtrisée et de bons délires fantastiques… je regrette d’avoir eu quelques chutes d’attention sur cette fin de nuit.

Bilan
C’était gore, c’était sexy… mais surtout: c’était très drôle! Les DVD de qualité médiocre, les sous-titres sortant de l’écran, le voisin qui râlent lors des éclats de rire, les rires pourris (moi le premier)… tous les éléments étaient réunis pour une authentique nuit Catégorie 3. Une expérience inoubliable. Merci aux organisateurs qui ont gardé le sourire jusqu’à l’aube.

En video:
La nuit du CINEMA par festivalpariscinema

Mr Orange

Année: 2010
Titre original: Midnight in Paris
Réalisateur:  Woody Allen
Acteurs notoires: Owen Wilson, Rachel McAdams et toute une pléiade de guests

Plot: un américain amoureux de Paris fait de drôles de rencontres quand sonnent les 12 coups de minuit

Sources utiles: Allociné & IMDb

Mr Orange: Woody Allen en a longtemps parlé, nous a fait languir… mais il l’a fait: SON film orchestré dans Paris. Après ses clins d’oeil (Hollywood Ending), après nous avoir bien nargué avec des chefs d’oeuvres londoniens (Match Point) et autres joyeuseries barcelonaises, la barre était haute. Résultat: son plus gros score au box office – on s’en fout – et surtout une bonne petite comédie romantique fantastique, ode nostalgique à un Paris des années 20 qui nous vaut un gros étalage de culture façon tartine bien beurrée.

Ode à Paris tout court. Pour donner le ton, Woody Allen nous introduit son film avec 3 minutes de plans-clichés d’un Paris version deluxe vus, vus, vus et re-vus arrosés d’une musique de guinguette histoire de bien alourdir appuyer son propos au cas où l’on ne l’avait pas compris: il aime Paris. Un Paris vu par un américain pété de tunes qui dénigre ses pairs, préférant les petites brocantes aux sièges de jardin made in Paris à 18 000€, préférant une vie de bohème a se perdre dans ses écrits que l’effervescence de dollars qu’apporterait une vie hollywoodienne. Oui, Woody masturbe joyeusement le cliché français et scénarise ce qu’il n’a fait, lui. Aveux de regrets inavoués?

Sans rentrer dans les détails parce que la surprise fait partie du plaisir, Minuit à Paris nous dessert une brochette d’acteurs tous plus succulent les uns que les autres, dans des rôles souvent hauts en couleur. Même pas reconnu l’ex-1ere dame de France, oups. Point spécial pour Adrian Brody et son rhinocéros. Owen Wilson en apprenti-Woody c’est possible? Au diable son acolyte d’humour décérébré aka Ben Stiller, il embrasse Woody en campant un éternel insatisfait, épris de culture antique… ça vous rappelle quelqu’un? Normal. D’ailleurs, fidèle à lui-même, Woody Allen nous livre une culture de niche sur un plateau d’argent qui permet de l’aborder même si l’on ne maîtrise pas cette culture au point de pouvoir profiter des vannes culturées.

Comédie légère et drôle, une once de romance, un 33 tonnes de culture, une introspection Woodienne… un bon film si l’on supporte le vomi parisien.

Info bonus: le film évoqué est L’ange exterminateur de Buñuel ;)

Année: 2011
Titre original: Peace, love and misunderstanding
Réalisateur: Bruce Beresford
Acteurs notoires: Jane Fonda, Jeffrey Dean Morgan, Catherine Keener, Rosanna Arquette, Kyle McLachlan

Plot: thérapie romantique chez grand-mère-hippie

Sources utiles: Allociné & IMDb

Champs-Elysées Film Festival: en lice pour le Prix du public
Note donnée: bien, 2/4

Mr Orange: Gloire d’une époque révolue, Woodstock hante irrémédiablement les mémoires. Et pourtant, il n’a été que très peu utilisé au cinéma. Depuis LE documentaire Woodstock, seul le récent Hotel Woodstock a osé et su s’immerger dans le mythe. Il va donc de soit que l’on saute gaiement sur le nouveau venu: Peace, love & misunderstanding dans lequel on croisera quelques têtes connues.

Les réussites du film: son unité de lieu et son approche humoristique. C’était facile peut-être, on est tous fascinés par Woodstock, mythe indétronable. Et alors?! Toujours est-il que ça fonctionne, très bien même. La thématique hippie apporte son champ de vannes relativement originales et certainement efficaces. Ainsi, la 1ère moitié du film bénéficie de cet élan d’humour… de magie, c’est génial. Point.

L’échec du film: ses romances. Un week-end en famille qui se transforme en une triple histoire d’amour, WTF? Passé la moitié, le film plonge… plonge… dans tous les sens, sans nous emmener nul part si ce n’est du pur triple cliché romantique. Point… ah nan, un soupçon d’espoir… le court métrage expérimental du p’tio pourrait sauver le film… hé nan. Fausse alerte. Diantre.

Que penser de tout ça? Le début est franchement sympa, mais il ne sert à rien de s’attarder sur la fin.

Année: 2012
Titre original: Keeps the lights on
Réalisateur: Ira Sachs
Actrice notoire: Julianne Nicholson

Plot: une décennie de romance homosexuelle

Sources utiles: Allociné & IMDb

Champs-Elysées Film Festival: en lice pour le Prix du public
Note donnée: bien, 2/4
En présence du réalisateur 

Mr Orange: Inspiré de la vie d’Ira Sachs, Keep the lights on conte l’histoire d’un couple New-Yorkais pas très gai. Rongés par des dépendances solitaires, Erik et Paul forment un couple autodestructeur qui se forme et se déforme. Film homo oui, mais pas que. En terme d’amour, on est tous à la même enseigne.

A la fois force et faiblesse, le film prend le parti de montrer les bêtes noires sans honte ni secret: sexe, drogue, mensonge… Force évidente, il est de ce fait très juste, retraçant le quotidien d’un jeune gay de la fin du siècle dernier, emprunt d’une addiction au sexe. En l’occurrence les scènes de sexe sont loin d’être éclipsées, filmées à l’européenne dès le début du tournage afin d’unifier l’équipe, dixit Ira Sachs. On félicitera d’ailleurs les acteurs, inconnus au bataillon: Thure Lindhardt & Zachary Booth, le 1er nommé apportant une réelle fraîcheur par son jeu exemplaire. Le 2d, incarne sagement un crack-addict, Némésis d’Erik qui ne sait plus où donner de la tête. Mais c’est aussi une faiblesse. Le film en ressort relativement plat, les éléments perturbateurs sont presque banalisés, aboutissant à un manque de dynamisme ennuyeux.

Petit fait amusant: le film à reçu un Teddy à la berline 2012 – meilleur film LGBT -, Erik reçevant aussi un Teddy dans le film.

De gros points forts entachés d’une faiblesse non négligeable, rapport qui s’illustre dans la garniture du film: une excellente musique en face d’un générique d’introduction complètement dégueulasse.

Année : 2012

Titre original : Moonrise Kingdom

Réalisateur : Wes Anderson

Acteurs notoires : Bruce WillisEdward NortonBill Murray ,Tilda Swinton

Plot : Fugue amoureuse entre  2 enfants de 12 ans

Liens utiles : IMDbAllociné
.

Mr Blonde : Après seulement 2 ans d’absence, Wes Anderson revient avec ce nouveau film, frais et assez drôle. Comédie à l’humour très british, Moonrise Kingdom se regarde sans faim.

Tout d’abord, on découvre nos principales guests, à savoir Mr. McClane, Mr. Vinyard et Mr. Marmotte, dans des rôles bien plus pathétiques qu’à leurs habitudes. (Quoique Bill Muray commence à être un habitué des compositions pantouflardes => cf Broken Flowers, Lost in Translation, …). Ce n’est pas pour nous déplaire et cela nous rappelle que ces acteurs peuvent sortir de leur registre et nous offrir une prestation de qualité, si ridicule que soit leur rôle.

Cependant, ils se font complètement voler la vedette par le couple de jeunes acteurs : Jared Gilman et Kara Hayward.  Les deux protagonistes en culotte courte se révèlent en effet parfaits pour leur rôles. L’une mystérieuse et captivante, l’autre touchant de détermination, ce sont vraiment eux qui font tout l’intérêt du film.

Après c’est du Wes Anderson…. il faut aimer …. La mise en scène et le montage musicale n’est pas sans rappeler son dernier film : Fantastic Mr. Fox (très bon film d’ailleurs). Il faut être fan des décors kitch des années 60-70, des couleurs flashy, du matérialisme omniprésent, des cadrages ultra centrés et des travellings bien mécaniques bidirectionnels. Perso, j’adhère.

Bref 1h34 d’humour décalé et coloré. À Voir.

Bonus : Dans The Reservoir Blog, on aime bien les affiches minimalistes, on trouve ça fun. Pour la peine, en voilà un petit échantillon :).

  .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.