archive

Mr Blonde

a touch of sinAnnée : 2013

Titre original : Tian zhu ding

Réalisateur : Jia Zhang Ke

Acteurs notoires : Wu JiangZhao Tao

Plot : Une plongée dans une Chine sociale froide, brutale et individualiste

Liens utiles : IMDb, Allociné
.
.
Mr Blonde : Assez déçu par ce film encensé par les critiques comme un des meilleurs films 2013, prix du meilleur scénario au festival de Cannes et repêché dans la sélection du Festival Télérama. Le film raconte le parcours de quatre citoyens lambdas, vivant dans quatre provinces différentes de la Chine contemporaine. Quatre destins dont le seul dénominateur commun est un dénouement dans la violence.

Le réalisateur prend le parti de mettre en scène la violence comme personnage principal du film au détriment des quatre personnalités, finalement peu approfondies dans ces quatre courts métrages, plus ou moins bien imbriqués les uns dans les autres.
On a l’impression de survoler les thématiques abordées comme la corruption, la prostitution, les conditions de travail… sans jamais rentrer dans le vif du sujet.

Les 20 premières minutes peuvent être dignes d’intérêt. La mise en scène y est fluide, l’humour noir et la gâchette facile. Ensuite, c’est l’accident! Le film freine des deux pieds et ça devient lent. Mais lent! Résultat on décroche, on s’enfonce dans son siège et les paupières deviennent lourdes! Les personnages sont passifs, insipides et sans âmes. On ne développe aucune empathie pour eux malgré leurs situations dramatiques dans lesquelles ils se sont fourrés eux-mêmes.

Je ne le conseille pas!

Mr Orange: avis par ici.

La Vie rêvée de Walter Mitty Année : 2014

Titre original : The Secret Life of Walter Mitty

Réalisateur : Ben Stiller

Acteurs notoires : Ben StillerAdam ScottSean Penn

Plot : Ben Stiller… mais en mieux.

Liens utiles : IMDb, Allociné
.
.
.
Mr Blonde :  Ben Stiller excelle dans la comédie burlesque familiale, ça on le sait. Mais le voir en employé lunatique et paumé, qui ne parvient à s’évader de son quotidien morne que par de brèves échappées oniriques, eh ben ça change. Et ça fait du bien.

En effet la vie rêvée de Walter Mitty est un feel good movie insolite qui surprend à plusieurs reprises par des choix scénaristiques, pas toujours prévisibles. Ben Stiller y joue un personnage aux antipodes de ceux créés dans ses dernières réalisations (Disjoncté en 1996, Zoolander en 2001, Tonnerre sous les tropiques en 2008). Walter Mitty est développeur sur pellicule pour le magazine Life. Celui-ci vient d’être racheté et doit publier sa dernière édition papier avant de passer aux formats numériques. Cet évènement va l’amener à vivre réellement sa vie.

Malgré quelques petites longueurs (vraiment petites), le film réussit le pari de nous divertir en nous faisant voyager, à la poursuite d’un Sean Penn mystérieux, le tout porté par une BO légère et sucrée, comme tout bon feel good movie qui se respecte. Je le conseille à ceux ou celles qui veulent s’évader un peu. On passe un bon moment. La vie rêvée de Walter Mitty est la première bonne surprise de l’année 2014.

XP SUGAR MAN 120 Année: 2012
Titre original: Searching for Sugar Man
Réalisateur: Malik Bendjelloul
Acteur notoire: Sixto Díaz Rodríguez

Plot: Documentaire sur le talentueux mais méconnu Rodriguez

Sources utiles: Allociné & IMDb
.
.
.
.
.
Mr Blonde :
Premier long métrage de Malik Bendjelloul, ce bijoux n’a failli pas voir le jour faute de moyens. Après 3 ans de labeur et de recherche de financement, le film sort sur nos écrans mais est très peu diffusé en France. Il relate le parcours de Sixto Rodriguez, chanteur et guitariste, qui au début des années 70 enregistra 2 albums sous le label Motown (le label qui a entre autres pris sous ses grandes ailes Michael Jackson, Diana Ross, Marvin Gaye, Stevie Wonder et j’en passe…).

Ce chanteur de folk américain de grand talent aurait du percer et faire un carton. Au lieu de ça il se retrouve à bosser sur les chantiers à Detroit, laissant de côté la composition.
Le documentaire commence à prendre tout son intérêt lorsqu’on découvre que cet ovni du Motown fait un carton en Afrique du sud, en plein apartheid. Ses chansons deviennent un symbole d’émancipation pour la jeunesse blanche sud-africaine qui lutte contre la ségrégation raciale et la répression du gouvernement. Le mystère Rodriguez grandit au fur et à mesure que les copies pirates de son disque inonde le pays et une sorte d’enquête débute afin de dénicher la moindre info sur ce fantôme dont les supposées conditions de mort vont du simple suicide par balle à l’immolation sur scène en plein concert.

Allez le voir c’est bien!

Mr Blonde

PS : Searching for Sugar Man vient d’être nominé aux Oscars 2013 dans la catégorie Meilleur documentaire.

Année: 2012
Titre original: Ice Age: Continental Drift
Réalisateur: Steve Martino, Mike Thurmeier
Voix notoires: Gérard Lanvin, Vincent Cassel, Elie Semoun

Plot: Tout est dans le titre!

Sources utiles: Allociné & IMDb
.
.
.

.
.
Mr Blonde
: La qualité de la saga ayant été sacrément diminuée par les deux derniers opus, il était tant que les producteurs redressent un peu la barre afin de ne pas couler. Et c’est le cas! Ce 4ème volet n’est bien sûr pas à la hauteur du 1er, cependant le scénario, bien que prévisible et déjà vu, réussit à divertir.
Après avoir traité de l’amitié, du couple et de la famille avec enfants en bas-âge, la logique est respectée et on retrouve donc la fille de Manny en pleine crise d’adolescence, bien décidée à voler de ses propres ailes de mammouth. Ajoutez à cela quelques gouttes de drame qui lancent l’aventure et un ennemi commun qui soude la petite troupe habituellement douée pour se crier dessus et on obtient une intrigue qui tient à peu près le cap et qui évite surtout l’écueil de n’être qu’une succession de gags burlesques à la recherche d’un récif scénaristique sur lequel s’échouer.
À noter, un Scrat un peu décevant, car pour moi sous-utilisé. Que les fans se rassurent, il remplit quand même sa part du contrat, surtout lors de la séquence d’intro, délire tectonique qui raccourcit des millénaires d’évolution en 2 min.

Bref, embarquez sans soucis si vous avez aimé les précédents!

Année: 2012
Titre original: White Snow and the huntsman
Réalisateur: Rupert Sanders
Acteurs notoires: Charlize Theron, Chris Hemsworth, Kristen Stewart

Plot: cf le titre.

Sources utiles: Allociné & IMDb

Champs-Elysées Film Festival: avant-première US

Mr Orange: Z’êtes prêt? C’est parti.

Cette revisite du conte des frangins Grimm avait un bon potentiel. Niveau acteur, si on oublie les dents et 4 volets de la filmographie de Kristen Stewart, elle est capable de nous vendre du rêve. Thor, en dehors du fait qu’il ne sait pas tenir une hache à une main, n’est pas mauvais. Charlize Theron… est renversante, point. Niveau effets spéciaux, ils sont superbes et nous offrent de bien jolies séquences, ça déboite, point. Mais quelle est la pomme empoisonnée?

Son réalisateur, Rupert Sanders, qui est mauvais. Le lyrisme d’un poulpe. La maîtrise des arts de la guerre d’une bille. Une machine à clichés plus efficace qu’un bus de chinois devant la Tour Eiffel. L’originalité d’un sosie d’Elvis. Bref, un talent indéniable pour la médiocrité.

Petite correction: d’où on utilise des trébuchets pour dégommer une cavalerie? D’où une cavalerie charge de front un carré avant même d’avoir analysé la situation? Qu’est-ce que la bande annonce de Prometheus vient faire en plein milieu du film? A-t-il racheté les droits de princesse Mononoké? Shrek? Jeanne d’Arc? obtenu une réduction sur les larmes de Blanche-fesse?

Incapable de caler correctement une musique d’émotion sur une mise en scène bancale, incapable de filmer l’action proprement, incapable de rendre la forêt noire effrayante, incapable de faire une introduction crédible (montage brutal, manque de cohésion entre les scènes), incapable d’utiliser un triangle amoureux pourtant si évident… incapable de transmettre la moindre émotion, si ce n’est le ricanement.

Comment gâcher un film qui aurait pu être effrayant, chevaleresque, romantique, fantastique, lyrique… comme un conte est sensé être.

Pour ceux qui ont assistés à l’avant-première:
– Quelqu’un dans la salle a du se souvenir d’un ancien rôle… « Nom de dieu de putain de bordel de merde de saloperie de connard d’enculer de sa mère, qu’est-ce que j’fous là« 
– Celui qui rigolait joyeusement, c’était moi.

Guide de la bonne grosse marade:
– « My name is Buck, and I’m here to fuck » à glisser au moment opportun
– petits Spaces Jockeys tous mignons et mêmes montagnes que dans Prometheus
– la sortie du bain, sérieux?
– la half-communauté de l’anneau

Mr Blonde : Ne m’attendant pas à quelque chose de fantastique, j’ai été moins déçu que mon confrère. Il est vrai que la mise en scène laisse à désirer. La black forest n’est pas assez black, les combats pas assez épiques et la méchante reine …. n’a pas assez de coffre. Charlize Theron joue mieux que dans Prometheus (d’un autre côté…), son personnage a un peu plus d’épaisseur, cependant il manque un petit quelque chose pour qu’elle soit vraiment effrayante.
Kristen Stewart pour sa part nous resserre son visage inexpressif que les teenagers vampirophiles connaissent bien. Mais si elle fait des progrès, ça n’est pas encore ça.
GROS SPOILER : à un moment … elle sourit …
Seul Chris Hemsworth sort du lot pour offrir une prestation plutôt correcte. Cependant son personnage est sous-utilisé. Plus le film avance plus celui-ci tombe dans le cliché et gâche un bon début de performance.
Le problème c’est qu’il y a de bonnes idées! Vraiment ça aurait pu être très bien. À la fois très féérique et très sombre. Les petits défauts agacent et galvaudent les rares bonnes scènes.

Car oui, le film n’est pas si médiocre. Difficile d’en dire plus sans spoiler mais à part dans la scène pompée  intégralement à  Princesse Mononoke, on se laisse emporter par la féérie, pour un peu qu’on soit bon public.

Bilan : Blanche-Neige et le chasseur remplit le cahier des charges mais sans plus. À voir pour les fans du conte. Les septiques peuvent passer leur chemin.

Année : 2012

Titre original : Moonrise Kingdom

Réalisateur : Wes Anderson

Acteurs notoires : Bruce WillisEdward NortonBill Murray ,Tilda Swinton

Plot : Fugue amoureuse entre  2 enfants de 12 ans

Liens utiles : IMDbAllociné
.

Mr Blonde : Après seulement 2 ans d’absence, Wes Anderson revient avec ce nouveau film, frais et assez drôle. Comédie à l’humour très british, Moonrise Kingdom se regarde sans faim.

Tout d’abord, on découvre nos principales guests, à savoir Mr. McClane, Mr. Vinyard et Mr. Marmotte, dans des rôles bien plus pathétiques qu’à leurs habitudes. (Quoique Bill Muray commence à être un habitué des compositions pantouflardes => cf Broken Flowers, Lost in Translation, …). Ce n’est pas pour nous déplaire et cela nous rappelle que ces acteurs peuvent sortir de leur registre et nous offrir une prestation de qualité, si ridicule que soit leur rôle.

Cependant, ils se font complètement voler la vedette par le couple de jeunes acteurs : Jared Gilman et Kara Hayward.  Les deux protagonistes en culotte courte se révèlent en effet parfaits pour leur rôles. L’une mystérieuse et captivante, l’autre touchant de détermination, ce sont vraiment eux qui font tout l’intérêt du film.

Après c’est du Wes Anderson…. il faut aimer …. La mise en scène et le montage musicale n’est pas sans rappeler son dernier film : Fantastic Mr. Fox (très bon film d’ailleurs). Il faut être fan des décors kitch des années 60-70, des couleurs flashy, du matérialisme omniprésent, des cadrages ultra centrés et des travellings bien mécaniques bidirectionnels. Perso, j’adhère.

Bref 1h34 d’humour décalé et coloré. À Voir.

Bonus : Dans The Reservoir Blog, on aime bien les affiches minimalistes, on trouve ça fun. Pour la peine, en voilà un petit échantillon :).

  .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Année: 2011
Titre original: The Conspirator
Réalisateur: Robert Redford
Acteurs notoires: James McAvoyRobin WrightJustin LongEvan Rachel WoodKevin KlineAlexis BledelNorman ReedusTom Wilkinson

Plot: « Procès » des meurtriers d’Abraham Lincoln

Sources utiles: Allociné & IMDb
.
.
.
.
Mr Blonde : Passé inaperçu en France car sortit directement en DVD en décembre 2011, le dernier film de Robert Redford est une perle qui vaut le détour.  Même moi qui ne suis pas un grand fan d’histoire, je me suis laissé prendre. Le film relate avec plus ou moins de romance les événements entourant l’assassinat d’Abraham Lincoln, du vice-président et du ministre des affaires étrangères le 14 avril 1865. Une fois le drame passé, Redford porte l’intrigue sur le procès de Mary Suratt, présumée coupable dans le complot visant à tuer le président.

Plusieurs raisons de le voir :
Un casting hétéroclite et efficace : James McAvoy (Pr. Xavier dans X-Men: First Class), Justin Long (le geek dans Die Hard 4), Alexis Bledel (:D :D ==> Sin City)  et une tripotée de bons seconds rôles que l’on sait qui c’est mais en fait non : Evan Rachel WoodKevin KlineNorman Reedus (Walkind Dead), Tom Wilkinson, et Danny Huston (le papa de Wolverine). Dans ce casting ressort Robin Wright (Mary Suratt) qui dégage une prestance sans pareil.

Une mise en scène immersive : Costumes, décors et surtout lumières, tout est très bien maîtrisé afin de plonger le spectateur au coeur de l’époque et par la même occasion au coeur des événements.

Un Bon scénar : Cela reste encore et toujours le principal pré-requis à un bon film. On est vite embarqué dans cette histoire de complots et de magouilles politiques et militaires où les hauts dirigeants n’hésitent pas à oublier la Constitution pour apaiser le peuple et leur offrir un coupable. La position de James McAvoy, l’avocat de Mary Suratt, est alors très intéressante car celui-ci va s’efforcer de défendre cette paria que tout accuse, l’obligeant à mettre de côté ses convictions de nordiste.

Bref, Robert Redford nous propose un vrai bon film historique dont les 120 minutes passent beaucoup plus vite qu’on ne pourrait le penser.

À voir!