archive

Canada / Québec

Année: 2010
Titre original: Tucker & Dale vs Evil
Réalisateur: Eli Craig
Acteurs notoires: pas franchement…

Plot: Un quiproquo se termine en hécatombe…

Sources utiles: Allociné & IMDb

Mr Blonde: is coming

Mr Orange: Ultime parodie du slasher ! C’est géant. Bien que le titre puisse évoquer un film surchargé d’âneries, type « Hé mec, elle est ou ma caisse? », l’humour n’est pas trop lourd et est justement distillé dans cette comédie jouissive ! Bref, on a 2 péquenauds qui sont pris à tord pour des serial-slasher par une bande de jeunes citadins ayant vu trop de Délivrance, Massacre à la tronçonneuse et consort. On a donc une fois de plus une inversion des rôles… ce qui est une fois de plus efficace, et évite de tomber dans le gros gag ridicule !

Voili-voilou… ça poutre, ça dépote, c’est géant… suis-je clair?! Qu’on soit des aficionados du genre ou non, d’ailleurs…

Année: 2012
Réalisateur: Jean-Marc Vallée
Acteurs notoires: Vanessa Paradis, Kevin Parent

Plot: Une histoire d’amour entre un homme et une femme, entre une mère et son fils. Un voyage mystique dans la musique et l’amour

 Sources utiles: Allociné & IMDb

ATTENTION : film marginal

Mr Blonde: C’est mon film coup de coeur de ce mois de Janvier. Il m’avait l’air un peu spécial donc je me suis gavé de critiques avant d’aller le voir. Résultat : Soit on accroche soit on déteste. Jean-Marc Vallée (le papa du très bon C.R.A.Z.Y) signe ici un film très très personnel. Trop sûrement pour plaire à la majorité.

Film très ambivalent car parfois médiocre et parfois génialissime. L’histoire se passe à deux époques différentes :
=>Montréal de nos jours où l’on suit un DJ ( joué par Kevin Parent, star musicale au québec), père de famille divorcé qui s’entiche d’une magnifique blonde.

=>Paris dans les années 70 où l’on suit Vanessa paradis, mère d’un petit garçon atteint de Trisomie 21, qui se bat au quotidien pour son fils. La belle ne l’est ici point du tout (quoique..). En effet aucun maquillage, elle apparait ici au naturel, les cheveux ternes, le teint gris, les cernes et tout le bazar.

À l’instar de Mr. Nobody (cf notre critique), Café de Flore parle de la vie, des choix de couple, de la construction de la vie et surtout de la destinée. Bien que le film s’évanouit un peu sur la fin dans un ésotérisme qui ne plaira pas à tout le monde (réincarnation etc…), certains se reconnaitront dans quelques réflexions faîtes sur la vie, l’amour, la musique.

Parce que oui dans Café de Flore il est aussi surtout question de Musique. Celle qui nous accompagne toute notre vie. Celle qui nous transcende, qui nous fait du bien. Pour ça Jean-Marc Vallée a tapé dans ses goûts personnels. Faut savoir que c’est  un fan inconditionnel de Pink Floyd. Et il le montre! Oooh oui il le montre! Les 30 premières minutes sont envahies de références Pinkfloydiennes. Du coup ça trip pas mal. Mais qu’est ce que c’est bon! Comme je vous l’ai dit  : on aime ou on aime pas.

À noter aussi la surutilisation de music lounge (le thème Café de Flore accompagne tout le film), les quelques morceaux de The Cure et des passages plus jazz.

C’est une expérience à vivre si vous sentez que vous pouvez accrocher. Sinon passez votre chemin vous aller vous ennuyer.