archive

Australie/Nouvelle-Zélande

Mary et maxAnnée: 2009
Titre original: Mary and Max
Réalisateur: Adam Elliot
Voix notoires: Toni Colette, Phillip Seymour Hoffman, Eric Bana

Plot: correspondance entre Mary et Max

Sources utiles: Allociné & IMDb

Mr Orange: Fort de l’expérience de 4 courts-métrages ayant écumés les festivals, Adam Elliot signe un premier long métrage: splendide. A base de pâte à modeler et autres bidules, il recrée un univers sobre et désenchanté afin de servir son propos humaniste garnis d’humour.

Mary, petite fille australienne de 8 ans évoluant dans une gamme de marron, initie une correspondance avec Max, un aspie New-Yorkais de 44 ans évoluant dans une gamme de gris. Leurs points communs: ce sont deux solitaires rejetés par leurs pairs. Ainsi, par lettres interposées, chacun raconte sa petite vie en voix off et une amitié improbable se forme.

Fondamentalement, il ne se passe pas grand chose. Mais la narration est dynamique, accompagnée d’une excellente bande son et surtout comique, ce qui permet de supporter la douleur du sujet: solitude, rejet, alcoolisme,… la liste est bien longue pour un film d’animation en apparence si léger. Adam Elliot a le don de les conter de la plus drôle des façons: mêlant humour noir, poésie et désinvolte.

Très bon film d’animation pour adultes amoureux du chocolat.

Année: 2003
Titre original: Ned Kelly
Réalisateur: Gregor Jordan
Acteurs notoires: Heath Ledger, Orlando Bloom, Naomi Watts

Plot: des types se retrouvent hors-la-loi malgré eux.

Sources utiles: Allociné & IMDb

Mr Orange: Aaaaaah, que j’aime les westerns <3

Ned Kelly est un film sur Ned Kelly. True story. Nan, c’est réellement l’histoire vraie du Gang des frères Kelly, dont Ned est le plus grand outlaw… Australien. Une sorte de Gang des Dalton au pays des kangourous. Ca n’a pas l’air comme ça, mais s’est un sacré bonhomme contre lequel l’empire britannique a mené une réelle guerre. Au point que le premier long métrage (stricto sensus) de l’histoire du cinéma relate justement la vie du bonhomme: The Story of the Kelly Gang par Charles Tait, durée de 60-70 min sortit en 1906.

Ce film est aussi le premier western dans lequel on voit un dromadaire, bref… et en parlant de dromadaire (transition ultra gratuite), feu Heath Ledger fait un très bon hors-la-loi BCBG et Orlando Bloom a le bon goût de jouer un de ses meilleurs rôles… et redore la côte que lui a valu Troie…

L’histoire de ces sacripants est très proche des Dalton: leur chute dans le banditisme est dû à la bêtise humaine, une organisation puissante et de malencontreux quiproquo. Leur longue cavale a été aidée par des populations locales dont ils ont attiré la sympathie en jouant les Robins des Bois, se relevant face au pouvoir… un peu comme les Dalton. Bref, la dureté de la vie dans les grandes étendues sauvages est étonnement bien retranscrite, avec notamment la mise en scène de situations dans lesquelles tout bon survivant de l’époque tir avant de raconter sa vie. L’univers est crevant de réalisme, c’est juste génial.

Au cas où c’est pas clair: je suis super fan.

Wikipédia, ton ami: regardez notamment le tableau listant le sort réservé aux bushrangers notoires. Frank Gardiner puis Moondyne Joe ont dû se sentir bien seuls…