Projet X

Année: 2012
Titre original: Project X
Réalisateur: Nima Nourizadeh
Acteurs notoires: aucun

Plot: best party ever.

Sources utiles: Allociné & IMDb

Mr Orange:  Initialement peu enclin à voir Projet X, l’expérience s’est finalement avérée fort divertissante. Pourquoi? Parce qu’en le considérant pour ce qu’il est à mon sens – un film de teensploitation -, il s’avère bon dans son genre. Si les comportements excessifs d’une jeunesse trop joyeuse vous agace, si une fourchette positionnée à droite de l’assiette vous horripile, si vous êtes une féministe revancharde, ce film n’est pas pour vous. Projet X a le bon goût de ne cibler que son public: jeune et majoritairement masculin, ne pas se plaindre dans le cas contraire:

Préquel-like de Very bad trip, hard-teenager caméra à l’épaule…  dans l’univers de la fête no-limit, la jeunesse dépravée et les excès de drogues diverses et variées. Ainsi, autour d’une trame de fond suffisante, s’organise la soirée de tous les excès – et extravagante façon US – apportant sa dose de gags et scènettes hilarantes. Le chien, le nain, Dax… assureront de bons éclats de rires. En plus: des plans boobs, à gogo. C’est bien l’intérêt du film. Au sens propre. Enfin un teenager qui n’a pas froid au yeux. Qui ne cache pas, que ce soit des seins ou des âneries. En excès, bien sûr. C’est bien l’intérêt du film.

Un plaidoyer de soirées insouciantes et excessives. Oui. Mais pas totalement irréfléchi. Les excès de fêtards irresponsables restent effrayant. Parce que le lendemain, il faut pouvoir assumer ses actes, l’homme s’adonnant à des agissements peu honorables sous l’emprise de la foule/alcool, tout le monde en prenant plus ou moins explicitement pour son grade, femmes-boobs et croisés en quête du saint trempage-de-nouille s’amusant de tout et n’importe quoi. Arrêt sur image d’une réalité qui n’est plaisante que vue de l’intérieur. Réalisme (caricaturé) qui est bien tout l’intérêt du film.

Problème: Projet X cible des gens suffisamment bêtes / insouciants (rayer la mention inutile) pour s’émerveiller devant les évènements exposés… et suffisamment intelligent pour ne pas tenter de réitérer les exploits. C’est un film après tout. Tagline US: « the party you’ve only dreamed about ». Vrai, mais devrait être ajouté la mention: « the party you must only dream about »… confère les débordements ultérieurs.

Un film surréel, bête et méchant… drôle pour les fêtards raisonnés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s