One poster: Soderbergh et ses expériences

Et paf, prenez-vous en plein les mirettes avec ces films expérimentaux!

Les films indépendants de Steven Soderbergh, c’est un montage explosé, une caméra instable tantôt intrusive tantôt distante, un scénario quasi-inexistant, une photographie inexistante, une mise en scène irrationnelle… du gros beûrk en barquette de 12. Quoi qu’il en soit, les affiches de ses films ont tendances à être plutôt canons!

Schizopolis, 1996

Ci-dessus, affiche canon. Ci-contre, affiche complètement barrée, à l’image du film.

Schizopolis c’est quoi? Une comédie expérimentale. Parfois drôle. Constamment absurde. Montage toujours explosé. Pure délire de Soderbergh. Exemples de dialogues:
– « Nose army » > »Sneeze » > « Smell sign » > « Landmine? » > « Ambassador jumpsuit landmine! » (invitation aux plaisirs de la chair)
– « Generic greeting! » > « Generic greeting returned! » > « Imminent sustenance. » > « Overly dramatic statement regarding upcoming meal. » > « Oooh! False reaction indicating hunger and excitement! » (retrouvailles quotidiennes mari/femme)
Rassurez-vous, certains dialogues sont quand même plus standards…

Bref, ça peut être drôle, c’est lourd et 1h30 c’est imbouffable.

Full frontal, 2002

Full frontal c’est quoi? Un terme à ne pas chercher sur Google Image avec le Safesearch désactivé sous peine de surprise. C’est aussi une comédie expérimentale de Soderbergh qui se veut être une critique d’Hollywood. La présence de Julia Roberts, de Brad Pitt (guest) ou de David Duchovny (peu présent à l’écran) ne sont malheureusement pas gage de qualité. Film dans le film, interview des acteurs sur les personnages… à vos souhaits.
Rarement drôle, souvent ennuyant et son fuckin’ style #@&%$* !

Seul point positif:  la note d’intention adressée aux acteurs qui globalement leur annonce qu’ils devront se charger de leurs costumes / maquillage / repas, qu’ils peuvent se carrer leur caravane de star où ils pensent etc…

Bubble, 2006

Bubble c’est quoi? Un drame plus conventionnel, pseudo policier façon banlieue & usine. Délivré en DVD simultanément à sa sortie dans les salles. 67 minutes qui ne sauraient être reflétées par le tag « film court ». Toujours son style imbuvable, le montage explosé en moins, l’overdose de plans larges en plus.
Ne pas voir.

Girlfriend Experience, 2009

Girlfriend experience c’est quoi? Le seul film indé de Soderbergh qui m’a plus. Sa critique est ici. D’abord vu pour son aspect choc (confère l’actrice principale), le film s’avère finalement bien plus sympa que prévu.

Bilan: ne vous faites pas avoir par les superbes affiches des films indé de Soderbergh. Y’a anguille sous roche, baleine sous plancton. Même si y’a marqué « Palme d’or » dessus… parce que oui, je n’ai pas parlé de Sexe, mensonges et vidéos mais c’est le même topo.

Mr Orange

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s