Repo men

Année: 2010
Titre original: Repo Men
Réalisateur: Miguel Sapochnik
Acteurs notoires: Jude Law, Forest Whitaker, RZA, Liev Schreiber, Alice Braga

Plot: Dans un futur proche, des hommes sont chargés de récupérer les organes impayés au dépend de la vie des clients.

Sources utiles: Allociné & IMDb

Mr Blonde: L’idée de départ est sympa. À l’instar des pauvres américains engloutis par la crise des subprimes qui se sont vus retirer leur maison, Ici c’est les organes que l’on vient retirer. Si c’est une cornée ça va encore mais quand c’est le coeur ou les deux reins c’est plus embêtant . On retrouve Jude Law dans un rôle différent de ses habitudes. Out le british propre sur lui. Quelques semaines en salles de muscu et hop  un Jude Law baraqué qui désingue du soldat dans des combats plutôt bien chorégraphies. Avec lui est présent notre Forest Whitaker préféré qui offre une prestation assez proche de celle de The Experiment (j’obéis donc je cogne).

À la base c’est un bouquin d’ Eric Garcia  appelé “The Repossession Mambo”. Celui-ci essaye d’en faire un scénario avec Garrett Lerner, mais finalement renonce à le mettre en scène. Garret Lerner ne lâche pas prise et réussit à trouver un producteur.

Le Bonhomme a l’ambition d’un faire, je cite, « Une comédie noire dans la lignée de Pulp Fiction et de Fight Club, mais avec une inspiration propre » …… On en est loin. Le film est sorti directement en DVD et à fait peu de grabuge.

Cependant dans la grande famille des Direct to DVD, c’est une perle! Il vaut le détour! Si si.Alors oui il y a 15 -20 min en trop mais la mayonnaise prends plutôt pas mal et certaines scènes sont très bien réalisées (La fin est très sympa, voir surprenante).

Pour la petite histoire il y avait déjà eu une «  » » » » »adaptation » » » » » du bouquin en 2009 par Darren Lynn Bousman (juste après qu’il nous ait pondu les horreurs cinématographiques que sont Saw II,III et IV. Le titre du film c’est Repo! the Genetic Opera et c’est très très mais alors très différent du film présenté ici. Construit comme un opéra Rock, soutenu par Paris Hilton (oui c’est une actrice aussi), l’ambiance est y plus  … gothique! Je vous laisse juger par vous-même …

Mr Orange: Jude Law, tout muscle dehors, entre gun, shotgun et corps-à-corps au couteau… oui oui, maintenant, ça existe. Et ça produit à moindre mesure le même effet qu’Adrian Brody dans Predators! M’enfin de nous enflammons pas, Repo Men reste ‘achement plus « intellectuel » que le sus-nommé. Notre nouveau Mr Muscle est suppléé de Forest Whitaker, qui fait moins fleur dans bouse de vache, pour former un duo d’acteur portant une bonne partie du film… et ce sont les effets spéciaux et l’univers futuriste qui font le reste.

Dans la famille j’invite un zicos en guest, RZA fait une apparition. Pour info, il joue dans la saison 5 de Californication en gangsta producer, on peut le voir dans Date Limite ou American Gangster mais il a surtout composé la musique de certains films… dont Kill Bill pour ne citer que le meilleur =)

Parce que oui, le scénario, bah, comment dire ça… c’est un peu comme TOUS les films cadrant une utopie plus ou moins futuriste avec une entreprise s’étant attribué une grosse influence sur la société et dont le héro, d’abord fidèle petit soldat, va – évidement – progressivement se retourner contre ses  employeurs. Pour étaler un peu de confiture, on pourrait citer Soleil Vert, Equilibrium, Daybreakers, Clones, Paycheck, Babylon A.D, Ultimate Game… blablablah. Bon, forcément, le scénario apporte quelques rares originalités face aux voisins, m’enfin bon, à moins d’en être à son premier, ça peut être quelque peu fastidieux et répétitif. Apparement, ça serait dû au fait que le bouquin initial n’était pas franchement dans un format cinématographique… et qu’il aurait subit une adaptation « bateau ».

Et, comme toute bonne utopie, on a le droit à une super critique ‘achement acide de la société, bon voilà, next…

Pour la défense du film, il y a un certain nombre de scènes qui valent le détour avec un début de film très attrayant, nous faisant croire qu’on a jamais vu un truc pareil, avec un Jude Law cynique découpant les gens sans remord: « a job is a job »… quelques scènes d’action sympa avec un Jude Law aux muscles luisants… une chirurgie orthopédique satirique… et puis surtout, sur la fin une scène d’auto-mutilation érotique en musique spécialement exquise.

Bref, même si ça peut être un peu chiant pour les aficionados, ça mange pas de pain, (quoi que 15min de moins auraient pu être appréciés) c’est divertissant et apporte son petit lot de nouveautés…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s