Mortal Kombat : Destruction finale

La Chronique de Mr Pink

Année : 1997

Titre original : Mortal Kombat : auto-destruction Annihilation

Réal : John R. Leonetti

Acteurs notoires : aucun ! Ils sont tous nazes !

Regarder ce film en entier signifie décrocher un doctorat en nanars. Car vous allez lutter, vous arracher les yeux (et les oreilles), vous endormir, vous réveillez en sursaut, tenter de comprendre… Bon, bref, un peu comme dans les études. Moi, en plus de vous, je dois rédiger une thèse…

Tout commence par une phrase : « Le monde a été crée en six jours. Il en va de même de sa destruction ». OKAY ! Bah à mon avis, la réalisation du film n’a pas du prendre plus de temps que ça, et ça a parfaitement détruit l’univers Mortal Kombat. BRAVO les réalisateurs ! Clap Clap ! Vous avez tenu votre parole !

L’histoire se situe juste après le 1er film. Après la victoire des forces du bien dans l’épisode précédent, nos braves héros quittent le champ de bataille tout joyeux quand, soudain, surgit du néant toute une armée, menée par le vilain Shao Khan, qui bute direct Johnny Cage. Ca, c’est fait ! Le grand méchant a triché, il n’était pas censé revenir si tôt sur Terre. Parfaitement, le méchant du film a TRICHE… Au moins, les réalisateurs n’ont pas eu besoin de se creuser trop la tête pour expliquer son retour. Ca pose les bases de tout le reste : personne ne s’est à aucun moment cassé la tête pour ce putain de scénario.

Bon ok, le scénario est pourri naze bidon (rayez la mention inutile), mais peut être que les combats sont dignes du jeu. Bah pas du tout. C’est lent, ce n’est pas harmonieux, c’est laid, c’est mou. Bordel, ce film est réalisé pour les fans, rien d’autre, alors vous auriez pu avoir la sagesse de nous pondre de jolis petites scène de bagarre.

Et les décors ? Euh… comment dire ? C’est du carton-plâtre. Quoique d’ailleurs, dans un souci d’économie, il ne doit y avoir que du carton. Parfois, on a même l’impression que c’est un dessin, notamment lors des visions lointaines de paysage. WTF ?

Vous voulez vraiment aborder le sujet des effets spéciaux ? Bon, si vous insistez… Mais bordel, c’est quoi ce truc ? Ces incrustations… c’est juste pas possible. Un film de la fin des années 90 ne devrait pas se permettre cette mocheté… C’est plus digne d’un navet des années 60. Bon, je passe, car autrement, je vais me mettre en colère.

Bon, bah il ne reste que le jeu des acteurs… Pauvre de nous, spectateurs ! Ces gens ont vraiment écrit sur leur CV qu’ils étaient acteurs ? J’exige une explication ! Je me réconforte en me disant que ce fut sûrement leur dernier film (je n’ai fait aucune recherche pour vérifier, j’ai déjà consacré trop de temps à ce film).

Seul point positif : la musique ! Là, on retrouve bien l’ambiance du jeu, même si, couplée à tout le reste, ça rend un petit effet euh…comment dire ? nanar.

Pour résumer, le seul moment où mon cœur à recommencer à battre (Boum), c’est quand un des personnages à crier « FINISH HIM ». Après, j’ai entendu des « FATALITIES » (Boum boum : ce sont les battements de mon cœur, pour ceux qui ne suivent plus). Le seul fatality du film, en fait c’était pour les fans… FINISH THEM ! J’ai arrêté le film avant la fin, et j’ai allumé ma console. Le jeu est tellement mieux ! (Boum boum boum boum : vous suivez, ou c’est déjà trop tard ?)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s